Skip to content

Ardeur intérieure

février 10, 2011

Comme un renard du désert, mais sans l’illusion d’un petit Prince, et sans autre désir que celui de l’instant. A la recherche du silence perdu, seul subsiste un faible bourdonnement pulsé, et, au rythme des battements de son cœur, l’être se transporte au confluent des vents du sud, des bourrasques humides du nord, vers le centre ensablé, jadis à tempérament.

Au gré de cette nature ballotté, hydraté par le rosée du matin puis doucement chauffé aux rayons d’un soleil orange, caresses de velours, puis rouge feu, cuisant, et enfin jaune éclatant, impossible à fixer, vorace brûlant.

Pas de congénères alentours, rien ni personne n’imposera d’alternative à l’ardeur intérieure! Voulez-vous étudier cet étonnant phénomène, l’être en ermitage, dont les sens se sont éveillés? Au lever, quelques soixante pulsations par minute, échos de l’horloge intrinsèque. Au repos toujours, seize puis dix mille pascal pulsant en vague, flux et reflux, pour irriguer et le corps et la tête, viscères et organes vitaux. L’organisme n’a rien de poétique, tandis que l’âme a tout loisir d’exprimer son émoi en de belles tournures. Et si l’on étudie les précédents dits signes vitaux à la marche, à la course et lors d’états exceptionnels d’excitations, la machine peut s’emballer jusqu’à la mort, tandis que l’âme s’exalte à profusion, exempt de toute limite, par l’ardeur intérieure!

La situation d’isolement de l’ermite est comparable à celle du dormeur qui rêve. Aucun semblable présent dans le décor pour perturber l’inspiration et sa nature, tandis que pléthore de vie organique est à portée d’ouïe fine, d’odorat affuté et de vue perçante.

L’ardeur intérieure, comme un fleuve aux mille affluents, s’enrichit de la source à l’ultime mascaret, vers la fusion dans l’immensité sans limite de cette mer d’énergie pure, incommensurable, dans la pénultième dimension de l’existence incarnée.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :