Skip to content

Dear Dard

octobre 3, 2011


Je frétille à l’idée d’un nom prédestiné

Qui inspire depuis mes dix ans et la plume et l’envol

D’aventures lyriques à la portée d’une clef au sol

Dont les fats sourcilleux ne goûtent point les saveurs indicibles

Graveleux comme Béru, fier comme un bar tabac

J’enfume de mon cigare missives et billets doux.

Filial comme Sana l’étalon, vénère le totem érigé pour la Femme!

Bestial comme Aragon ménestrel à la Vian’de

Genoux à terre, la main au glaive, le cœur à point, galant épicurien

Dévorons donc la vie comme un festin rural à la table des dieux!

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :