Skip to content

Hellène et les garscons

novembre 8, 2011

[clic pour quelques cordes frappées]

Du berceau d’une civilisation les symboles subsistent,

Quelques fats meninblack n’auront pas gain de cause,

Le Peuple du savoir affranchi fait honneur à son Acropole

Les administrateurs judiciaires de l’union l’auront bientôt, dans le fion!

*

Non point que cette image représenta l’index pointé sur leur rectum,

Non plus qu’une coiffe bretonne sur tronc lubrique granité,

Violon aux formes délicates, contrebasse à tessiture ronde

Alto pâle haut en couleur, violoncelle que l’on frotte à la corde!

*

Flammes je vous aime, parfois si douces, de foi brûlantes,

Gammes je vous sème, oraisons verticales à l’horizon d’une mer étale.

L’oriflamme flottant claque au vent d’un galop somptueux, tandis que polyphonies grecques  et danses byzantines nous élèvent en des cieux, où les pierres ne sont, ni froides ni philosophales, mais polygames en muses d’arts majeurs et poignants.

Publicités
One Comment
  1. cathy permalink

    Muse, muse quand tu nous tiens ! La muse éternelle féminine … fait vibrer le cœur et les sens de l’artiste pour qu’il offre au monde , de nouvelles couleurs, celles qui rayonnent, sensuelles , flamboyantes et optimistes !

    quelques notes musicales du temps d’Ulysse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :