Skip to content

Après être resté longtemps sans t’écrire (…) il n’y a là qu’une indistincte graphophobie

novembre 29, 2011

Tandis que les mots fusent, ébullition et graphorrhée

Brasier d’art, laves d’artifices vaporisés aux vents, translucides

Mon noyau liquéfié au cœur de cette pierre

Où Elle inscrivis arabesques « vénérable Amour éternel »

Puis sur les eaux du lac naturelle ingénue, d’un leste geste,

En ricochet, comète serpentine, vers  les sombres tréfonds glacés

Je sombrai (…) Sur la berge, Elle ramassait d’autres galets pour les lancer au loin.

 à Ève, la Femme du permafrost

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :