Skip to content

Collectif librisien – acte II scène 2 : silences et acouphènes

décembre 14, 2011

« Je t’ai manqué hier soir  » dirait l’enfant à l’absent.

Tandis que l’aube lève son voile, humide, fraîche en ses extrémités, seul souffle un vent de terre pour dissiper la brume, j’ouvre des yeux fragiles sur une réalité indue.

Le sas qui protège mon intimité est-il plus étanche à ces velléités? Seras-tu doux ce jour, sortirai-je des limbes comme du bain tiède sous la lune, ou bien violenté des tympans à la plante de l’âme?

Le chemin mène à l’olivier, de l’arbre au fruit, du fruit à la maturité violette et sombre, tandis que l’horizon est infini

Allongé et offert à une sieste matinale, après cette nuit sans sommeil, j’entends le bruissement des feuilles en formes de menteuses, le crissement de cette écorce en recherche d’espace, vital

Et j’apprécie profondément, silence qui m’est offert, la solitude préalable à l’acouphène du parloir.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :