Skip to content

Fouillons l’instant

décembre 26, 2011

Accroupi à l’instant éternel je sens la terre sous mes genoux,

L’odeur de poussière millénaire, évidence immuable et impermanente

Perpétuité fugace du grain élémentaire, sur mon doigt,

Que je mouille d’une larme tiède en respirant l’embrun

Ce morceau de falaise affalée sur la grève

Je le creuse de l’ongle

Y laisse mes cellules ouvertes à l’humble destinée

Au bon gré de tes ores et à jamais absent

(.)

écouter, lire, regarder …

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :