Skip to content

Mélomane céleste

décembre 27, 2011

robert-mescaline-dreams-of-a-pianistaOiseau-de-feu et Petite-fumée prirent le bus pour joindre Herbe-du-diable,

Une autre époque hallucinée dont l’artifice, la perspective présente, tend au divin.

Tandis que la toile, réseau de gains, n’a pas la chaleur du sanguin bain de foule,

Ils s’évertuent à être, maintenant comme sur le champ ou bien d’ores ou naguère,

Connectés intuitivement ou par claviers ghettos interposés, connivences et appendices.

Le complexe tend à la base, l’artificiel ouvre sur l’horizon,

Faire est vain, être sublime fatuité.

Assis au milieu du désert avec un chaman inconnu, j’envisage de partir en volutes de fumée ou pour l’incarnation en pâturage,

Puis me ravise reprenant pied: inachevé, mon concerto prend des allures de symphonie!

Le la est au zénith, cœur béa est à l’est, un pied au sud et l’autre à l’ouest,

Quand voilà le nadir connecté via le nord à mes tripes…à la mode de quand disiez vous?

Publicités

From → billet du jour

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :