Skip to content

Headhunters and moon slashers

novembre 8, 2012

Comme un chien en Andalousie le chasseur de tête s’agrippe, virus humain-déficitaire, à l’encontre de toute âme errante, s’oppose à la quête d’existence.

Son art rapace au service des puissants, des argentiers noircis, sales et oxydés, son non-art déchire nos lunes, souille nos aspirations.

Je m’invite au banquet pour répandre le sang de vos coupes, et renverse la table des noires libations parjures et dépravantes.

Reprendre le pouvoir à ceux dont la présence est parodie inconsistante, qui renient l’espérance,

Rendre à la nuit ses ombres

Et danser sous la lune fendue

Courir galamment, pour en perdre l’haleine,

Le garou et le monde en infinie spirales philanthropiques…

humble hommage à Luis Bùnuel (cliquez pour le court métrage mis en musique en l’an 60)

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :