Skip to content

Trop proche des soleils

décembre 27, 2012

Icare-Moebius-Taniguchi_op.

J’incline à angle grave, en phase aux bases basses, tailles contres, nobles sourdes profondes.

Ce galet ramassé sur la plage, au goût salé légèrement rugueux de lave granitée,

Me ramène avant les jeux du bac à sable, centre d’univers clos, doucereux retour à la source.

 » Le langage de l’Amour abuse-t-il des invertissements ?  »

Des raisons et des conventions je suis las, harassé et fourbu.

Le saphir hoquète sur le vynile des convenances, tandis que l’instinct prône un silence immobile, immuable.

Je m’abandonne en toi,  mousson sur plaine de sablons,

Au baquet mesmérien de nos fringales impudiques.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :