Skip to content

Atchafalaya blues and blind man’s bluf

avril 11, 2013

We belong on the bayou

L’Éternel est le seul dont on puisse raisonnablement penser qu’il existe. Tout le reste se mêle et s’embrouille dans l’impermanence générale” (Green, Journal,1939)

Bayou_Teche_and_Atchafalaya_RiverBranche arrachée au courant lent bourbeux, deux nos vies.
Nos faux semblants ballotés en duo d’eaux saumâtres.

Nous voila réunis séparés, chacun son bas coté
Les mains tendues à la recherche des aspérités, sur corps lisses.

Racle le lit vaseux d’une vie nauséeuse
Puis retour en surface sous le soleil cuisant

Nous voila réunis séparés, chacun fort de son arrogance
Le fat mineur et l’ado augmentée, perdue la clef

Variations et retournements de situations indécises incisées
Je te veux, tant de contusion nous sépare,

Tu m’en veux, tant de tohu-bohu en ce colin-maillard.
Le bayou cependant purifia nos âmes, et nous revoici vierges blancs, brouillons évaporés, pluies pour à nouveau dévaler, le lit du fleuve de l’impermanence.

Publicités
2 commentaires
  1. quand, au détour d’une route, on croise un autre chemin… s’engage-t-on? Ou doit – on poursuivre son cours..?

  2. ma nature aquatique interprète cette question dans le contexte du bayou où le courant parfois faible avec un flux infini, soudain s’affole de précipitations orageuses, de crues saisonnières…le fleuve accepte tous les affluents, il s’en nourrit avant de donner tout au tout, la mer et le ciel, sous le soleil :-*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :