Skip to content

Damnés soleils couchants

mai 22, 2013

…“Je veux m’anéantir dans ta gorge profonde, Et trouver sur ton sein la fraîcheur des tombeaux!Charles Baudelaire

istambul12Ce soir, plutôt que m’effondrer sur cette couche moite,

Enivré d’humeurs idéalistes mémoires de nos ébats débats,

Épris d’une pesante mélancolie, j’ai vu le soleil disparaitre.

Les mains impuissantes à capter les effluves de nos ardeurs,

Le regard trouble, aux poèmes entêtants de tes atours je suis devenu sourd.

Errance sur la grève, l’effroyable solitude originelle, m’éviscère.

Se puit-il que je meure à l’absence de lendemain, manquera tu à m’éveiller, est-ce ainsi que l’on meurt?

baiser

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :