Skip to content

Hyper stropher

juin 19, 2013

La limite de l’univers est matérialisée comme celle de l’atome qui nous compose, par du rien.

???????????????????????????????????????Les multiples facettes d’une matière, qui n’a de première que le qualificatif de l’exploitant, les multiples dimensions, les changements, les décompositions opportunistes n’ont de cesse de me dérouter. Comme chaque matin je me pose devant ce foutu écran pour accéder à travers les amis sur la bleue, aux musiques et mots qui me composent et les composte en un  rata touillé.

Je devrai soit disant œuvrer à ce roman premier et pour des raisons qui ma bite, je conchie l’évidence et compisse sur le bon sens. Scato comme jadis catho, ce n’est pas la bonne parole. C’est juste un jeu lassant à l’usage, je vous l’accorde. Alors mi la ré sol si mi, revoilà l’harmonie.

De la pierre multicolore au cortex polydimensionné

De mon respect pour chacune chacun d’entre les Tu les Vous

A l’envie de toucher au plus intime en toi

Se substitue genoux au sol l’allégeance à la vie

Égards et révérences aux douceurs et saveurs

Pudeur loyale dédié à Celles et Ceux

Abreuvés de mots et de notes jusqu’à ce qu’ivresse s’en suive

All my loving

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :