Skip to content

Old fuckers – Chapitre 3.3 suite et …

juillet 30, 2013

† La fin justifie les meilleurs, l’entracte les nains ψ

bad seeds 5.1

*

Avant l’heur c’est pâleur. Cependant il est important de rendre hommage aux indigènes en ces temps impitoyables, ce lieu su réunir les meilleurs, et des challengers. Ouverture avec FAKEAR , qui en as une vraie, une bonne grosse (*).

(*) oreille vraie (pas une fake ear)

L’heure est à la fin d’apéro en compagnie de belles des champs. Nous les rats de villes, les sans racines fixes, John Doe’s dosés, apprécions la candeur, la géniale ingénuité qui différentie les saltimbanques des sales clampins en banques organisés.

JJ me dit: « j’irai bien écouter Balthazar, puis faire une sieste pendant le baltringue et la bizarre au chocolat »

John Doe: « C’est toi qui l’aura voulu, ce soir on fait la cloture »

JJ:  » D’où la pertinence d’une sieste »

JD: « Et les risques de me laisser désœuvré dans cette arène suggestive »

JJ: « On rentrera pas bredouille mon crapaud! »

JD: « Oui grand, frère, sommes revenu voir la Normandie, c’est le pays qui m’a donné la nuit ».

Balthazar 7

Be my quasar brown red bloody aperitive Balthazar!

Un bien bon moment, préalable à la sieste, incrapuleuse faute de gueuze, j’en conviens à défaut d’y venir. Pendant que je bave un peu à l’ombre d’un immense cèdre, le cauchemar survient.

Une douleur anti subite, sub-bite c’est à dire au dessous, ici au dessus du pubis. A force de trop d’andouillettes frites aux oignons gras, sans omettre en fin d’orgie un ruizolay, spécialité normande, son vrai nom la tergoule, quand soudain j’appelle Raoullllllllllllll, le cri qui dessaoule. Juste le temps d’attraper l’Eastpuck de mon voisin, et floutchahabrouauoullala whahalla lalala (oh Daniela), c’est la perte des os. Me voilà maintenant dans un rapide, sous puis sur l’eau, crachant à chaque rare émergence litres d’eaux rouges boueuses ,très mauvais pour la santé les boues comme les bouts trop rouges, mes mains tentant vainement de prendre prise sur les immenses rochers noirs, lisses, suffisamment gluants et sans aspérité aucune.  Fracasse l’arrête de mon nez sur un de ces noirs froids émergents affleurants. Me brise un doigt, entièrement retourné puis encore à angle pas droit. À quelques 300°, Le froid m’anesthésie, les coups m’hyperesthésient. Frénésie sur le seuil de l’oubli. Fracas. Surface. Lit rocailleux et boues noires, bulles, énormes bulles, reflet du ciel sur surface écumeuse, tumultueuse. Hauts le cœur en abimes. J’entends les anges. Ne m’acceptent pas. Nausées répugnantes.

Haut les mains, pot de lapine.

À tues et à toi, moi le blues, toi la muse.

Éveil incrédule. Rien de cela n’est réel. Le cèdre me regarde. Immensément digne.

grand arbre 1.2

Après un tel déphasage apéritif, il conviendrai d’un litre de breuvage apaisant mais point trop aqueux, ni trop tiède. La cervoise locale fait affaire, j’en conviens, tandis que les locales serveuses n’y satisferont pas. Trop pas à queueuz les indigentes. Soit. Je n’ai jamais beaucoup kiffé les laitières. Trop blondes, pas assez savoureuses, trop ronde, pas assez anguleuses, trop cons, pas assez annales. Prenez le pied de mon micro en vos fentes réservées. Je ne vous ai pas cons prises disait le général Naughthy Frog!

Et pan dans la ruche, que leurs dards vous boursouffles, et le fion et la foune.

The Hives 3.1

Là je reconnais une petite erreur de vieillesse, nous aurions pu traverser le détroit pour poser l’œil à Skip the Use, mais bon, épine chaldéenne et autres douleurs articuléennes soignées aux herbes…Mais surtout l’arrivée tant espérée de Za et les mécaniciens, et les méga ni chiennes ni péripathéthyennes, des filles de Joao, de job, vedettes du nouveau teste-amant, et bien ça va pas le faire! Une qui vient avec son mari, l’autre qui fait sa No-Tombe, résultat de la énième course, zizi tintin. Vous n’imaginez pas le risque que cela fait courir à l’assistance. Le maître arrive dans moins d’une heure et j’ai les burnes over pressées. C’EST QUOI CE TRAQUENARD! FUCK! SUCK! et plein du uck et de ing. Pour la pine, je reprends vite fait l’appareil pour faire une série. Une serie, comment te dire, que je ne regrette pas, mais qui va regretter. Les peines à jouir qui ont cru à mon anti-tease annonçant la fin des hostilités, tant pire…

Here comes the sum

love John.1 IMG_7837.1from Them to Eternity

Obligeamment à suivre… Âmes sensibles s’abstenir, car après l’épilogue, jamais plus vous n’arborerez innocemment vos formes comme une décoration champêtre. Sachez mesdames que des prédateurs cathodiques ou méthodiques sont tapis, là, tout près, tout prêts….

Publicités

From → journal, nouvelles

One Comment
  1. swafran permalink

    qu’elle était belle, la Normandie de week-end rock’n’roll !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :