Skip to content

Someday on the phone, you killed

septembre 6, 2013

« Elle avait conscience de ne pouvoir être pleinement heureuse hors d’une certaine conjonction de la banque et du lit.« 

Roi, dame, valet (1971) Vladimir Nabokov

love_kills2Lorsque tu es né, tu es mort.

Indubitablement, qui donne la vie donne la mort,

La mère ultime se doit de ne point enfanter sans savoir, quel cadeau elle offre en écartant son ventre.

Et ce père éjaculateur précoce, dans une petite mort futile orgasmique et voluptueuse,

Habile à fendre crâne de son pal érectile les crânes, n’est-il pas lui aussi assassin par procuration?

~

Là n’est pas mon sujet, la vie est belle, même avec la mort au bout du chemin. Plus encore quand le chemin est long, sinueux, périlleux, tortueux, traumatisé, puis apaisé…

« Les écorchures de l’amour en point d’orgue » 

~

« La nature est ainsi fête, tant va le cruchon à la pine, qu’à la fin, il nous les casse »

(NDLA: what the fuck is he trying to point to?)

~

« Allo, can you ear me? » « Yes John, how are you? How went the weekend? »  » Well, kind of slow and horizontal, and You? » « Brilliant, funny, so nice in Nice! » (…)

John started to be confused. A few days ago, He and She decided to have an « extra », some kind of sex friend experience. He was disapointed, sex was not much more than expiation to him. But the more she speaks, smile in her voice, talking about laughter and country side, the more he slept away down through the soil.

Then he came to her, trying to understand, trying to forget, trying to forgive himself. No way. No turning back to love. Love tear them apart, because they do not know about It.

According to John, life became more of the world of words. Words that kill. Words that give life to the most beautiful universe of his own, where love is true, where humans are the sunny side of the road. Some of his caracters are going down the stairs like Orpheus or like us, reading these lines.

Why do we play the divine comedy without compoumons-fleuris-3passion? Just for lust?

Well, fair enough.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :