Skip to content

univers central

mai 25, 2014

arton25(1986 Hendon Central London conversation orignale en anglais; Iris B. slowmotion dancer from Israël, her brother Dave, Me myself and I)

(…)

Iris « prends en une vingtaine, c’est pour toi, nous les avons cueillis au Pays de Galles dans un champs »

O.w.p « tu es sure, qu’est-ce que c’est? »

Iris « 100% naturel, nés sur une bouse de vache » …Son sourire de Lolita fatale, son corps flexible de danseuse, sa désinvolture, ont raison de ma raison « je resterai à coté de toi tout le temps, il faut simplement laisser aller; tu n’as rien de prévu dans les prochaines 48h? »

« non, pas d’engagement, je suis à toi »

« hi hi hi, tiens, mange…je vais mettre ma K7 et quand tu seras prêt, je danserai rien que pour toi »

« Iris? »

« ken (הן) »

« je m’enfonce dans le sol, ou plutôt je me fonds dans le décor…je…l’univers se fond en moi… »

149404__texture-lines-curves-glow-point-spiral_p

 Le trouble induit par l’ingestion des champignons, associé à Iris la nourrice, idéale intemporelle, le temps et l’espace infinis incarnés en son corps gracile, fondamental, infime . .. …. …….. transport en le centre de la voie bleutée

Par strates, magnificients blue strata, de nadir en zénith, de périgées en apogées, par vagues successives et imbriquées, submergés de vagues bleues, incorporées jusqu’à plus soif, l’univers se fond en nous, en vous, le monde à travers les perceptions et bien au delà de ce souvenir de corps. Suis-je le pivot ou le medium? Est-elle à l’origine ou le fondement?

Ni temps ni mouvement contraint

If I stand still, si je est immobile

Rien=tout est immuable

Un geste transfigure

Ainsi de suite, suspendu

~~~~

Imperceptiblement lumière et mélodie se sont éteints, alors que le sommeil me ramenait sur terre

Iris lovée incontinent, peau satinée frôlant ce corps brûlant

Me voilà revenu, plus et moins, plus perceptif, bien moins impressionniste, bienheureux.

Iris et son frère sont partis le lendemain d’un jour suivant. Je n’ai rien oublié de ces moments exquis quand elle évoluait sur le parvis de la place centrale, London Covent Garden. J’ai retrouvé une vie de microbe aux confins de l’univers connu, le cosmos des humains. J’ai fait un pas dans l’au delà, appris que cette infinité est infime partie d’un ensemble éthéré et diffus. Au delà de matière et temps, lumière, entropies, chaos et ordonnances, jouissant d’un présent de vie fugace, je me dédie humblement à la lecture, m’essaye à l’écriture

 

voielactee

 

 

 

 

 

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :