Skip to content

grand cœur malade

mai 26, 2015

odeur de pluie sur pavés chauds

effluves de café et crémés

ruines à jour, promesses de nuits

jusqu’au bout

~

 clic de talons sur pavés froidsbb2

dégoulinades noctambules

rien à laisser néant à prendre

ici ou là avant après

~

Ω palais intérieur aux infinis confins

Λ résumé à un souffle diffus

Î tout absolu concis et à perpétuité

ϖρ lumière élémentaire, matière abstraire

 

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :